Skip to content

Sexe et cerveaux, le devenir de l’humanité

11 février 2014

Cet après-midi je participais au forum sur un site de rencontre. Le sujet qui m’attirait questionnait la différence du cerveau des hommes et des femmes. Après les premières passes d’armes, j’y suis allé de ma « science » :

philharm
En gros, le cerveau de l’homme moyen et celui de la femme moyenne (je sais, une femme moyenne ça n’existe pas devant le miroir… 😉 sont très similaires. Biologiquement nous faisons quand même partie, complémentaire, de la même espèce.En détail, il y a des différences structurelles et, selon les progrès de la recherche, fonctionnels.Le nombre des neurones n’est pas un critère absolu. Chaque neurone est le plus souvent connecté à plusieurs autres neurones. Le nombre total de connexions peut être pris comme un indice quantitatif de l’idée de « qualité » des neurones, évoquée plus haut par Recyclage.L’adaptation à orientation 3D généralement supérieure chez l’homme provient de notre longue préhistoire où la spécialisation à fait de l’homme le chasseur, de la femme, la cueilleuse, en gros.

L’évolution sociale fait beaucoup à partir du « matériel » génétique ; l’invention de l’agriculture provient de l’observation de la reproduction chez les plantes ; l’élevage, reproduction animale, tous deux développements joints au désir de s’assurer de sources de nourriture permanentes, reproductibles.

Le cerveau devient ainsi, avec constant apport de protéines, de plus en plus ce qu’on en fait. L’épigénétique prend de plus en plus le relais de l’évolution biologique.

La plasticité générale du cerveau humain est plus marquante, je crois, que les différences structurelles entre les deux sexes. Ce qui signifie, dans les cas extrêmes, qu’un homme peut devenir fonctionnellement plus femme que la plupart des femmes ; réciproquement certaines femmes peuvent développer un comportement plus masculin que la majorité des hommes.

Ma conclusion provisoire: la très grande importance de la liberté humaine, de choix, d’actions structurantes, est de plus en plus démontrée scientifiquement.

Aujourd’hui à 13h35

Mais cette petite mise-en-train m’inspirait d’autres développements.

(texte en développement : il faut que je revienne le compléter bientôt. En vrac les idées c’est que l’homme est supérieur en tout, au plan des performances, pour relever les défis et tout, sauf la maîtrise du langage, soit la manipulation de la relation: c’est pourquoi les hommes, quoique supérieurs en fait, droit et principe, réellement acceptent de servir les femmes, parce qu’ils veulent du sexe. Il y a là une « ruse de la biologie de l’espèce », la prétendue infériorité des femmes. L’homme domine dans l’espace, mais la femme dans le temps. Son programme génétique est plus complet, plus solide, il sert d’assise à la durée de l’espèce et de base aux évolutions plus risquées

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :