Skip to content

Le débat des chefs #1 (en anglais)

12 avril 2011

Demain sera le débat en français, un autre moment fort de cette campagne électorale pour l’élection d’un nouveau gouvernement au Canada. Ce soir, c’est le premier débat qui amène sur une même tribune les quatre chefs des grands partis canadien. Mais oui, la Bloc Québécois fait encore partie du Canada jusqu’à preuve du contraire !

Maintenant j’abordais ce débat sans trop d’attentes précises. De toute façon mon idée est déjà faite. Et d’abord c’est un profond sentiment d’ennui qui monte à les entendre parler de sujets qui concernent tout un chacun,  sur les décisions qui auront une importance vitale pour la vie de très nombreux Canadiens. Mais c’est le langage politique qui lasse, avec ces figures rhétoriques usées à la corde et qui ont pour principale fonction de noyer le poisson et lasser les électeurs, tout en paraissant sérieux et responsables… des bons coups, de la richesse, pas des problèmes et de la pauvreté.

Gilles Duceppe joue comme un chien dans un jeu de quilles. Il sera plus à l’aise demain dans le débat français qu’il a fait déplacer, pour ne pas qu’il soit diffusé en même temps que la première partie de la série Canadien-Boston. Mais les trois sont à l’attaque de Stephen Harper qui se retrouve dans la position de calmer le jeu; il va garder sa base électorale s’il ne se laisse pas démonter mais je crois bien que cela ne sera pas assez pour gagner de nouveaux votes. Il est donc improbable qu’il obtienne ce qu’il veut le plus au monde : un gouvernement majoritaire qui serait, à mon avis, un cauchemar pour au moins cinq ans.

Celui qui se démarque à mes yeux est Jack Layton. Lui parle de bon sens et se préoccupe vraiment des problèmes réellement vécus par les citoyens canadiens. Mais les oeillères sont bien en place, pourra-t-il gagner assez de vote pour faire une différence ?  Je l’espère de tout cœur et mon vote lui est acquis, mais je ne me fais pas trop d’illusion. Il arrive pourtant à démasquer ce visage à deux faces de Michael Ignatieff qui a appuyé si longtemps les politiques les plus offensives et répréhensibles de Harper alors qu’il prétend maintenant s’en dissocier et se poser en sauveur.

Ces vieux partis bourgeois de dinosaures ont fait leur temps, défendant en premier lieu les intérêts de banquiers, pétrolières et minières, pires pollueurs et voleurs patentés de la richesse collective. Mais les forces du renouveau peinent à percer dans ce long hiver encore de la pensée et de l’action politiques. Ignatieff est très laid en plus, avec sur le visage des boutons et toutes sortes d’irrégularités. Il ressemble vraiment à un vieux lézard, alors que Harper au moins sauve les apparences avec son visage d’enfant de cœur.

Ignatieff ne va pas gagner– il n’a pas la prestance d’un gagnant — ni le débat ni les élections, mais les gens sont-ils prêts pour tenter l’aventure, donner une vraie chance à l’alternative ?   Sincèrement, j’aimerais. Je pense qu’il est temps, en effet, et je me débouche une bière pour célébrer cette pensée… Malheureusement, à cause de cette configuration spéciale des forces, nous serons encore aux prises avec un gouvernement minoritaire qui prétend gouverner gros comme majoritaire… ou alors, ce qui serait déjà plus intéressant : un gouvernement de coalition pour faire obstacle aux conservateurs. Layton ou son parti (il est malade, cancer de la prostate) pourrait jouer un rôle de grande influence dans une telle coalition.

La question de la coalition est soulevée, justement. Harper s’en sort apparemment bien en disant qu’il n’avait jamais eu l’idée de participer à une coalition au moment de la crise du gouvernement libéral Martin, étouffé par les scandales, héritage d’un trop long règne Jean Chrétien. Mais Harper joue sur une connaissance approximative des Canadien à propos de leurs propres institutions. Un grand sentiment d’aliénation se répand avec trop de pouvoir de l’ombre, bien trop de ploutocratie étouffant les fragiles pousses de démocratie.

Harper tente de conjurer la très possible issue de cette sorte de crise quand même, la coalition qui le frustrerait de sa trop confortable installation dans un pouvoir abusif. Avec la longue complicité libérale, qui applaudissait discrètement en lui laissant faire la sale job de bras. Non, je crois que Layton arrive à passer le message : Ignatieff ne pourra pas se poser en sauveur.

Passe d’arme intéressante sur l’immigration entre Layton et Duceppe. N’ayant rien à perdre dans ce débat où il ne cherche pas de votes comme tel, Duceppe essayait de faire Layton se commettre sur le respect universel de la loi 101 sur la territoire du Québec et l’autonomie complète en matière de politique de l’immigration. Layton, en effet, aurait gros à gagner en montrant une ouverture au Québec, mais on pourrait le lui reprocher ailleurs au Canada, où le sentiment anti-français est assez répandu et plutôt fort.

Layton a dû gagner quelques votes des communautés immigrantes en mettant l’accent sur une politique de réunification des famille, obstruée par les conservateurs, et en parlant de la reconnaissance des qualifications des professionnels bloqués par les corporations.

Sur le système de Justice Ignatieff paraît mieux en marquant les contradictions entre des visions contrastées, l’approche punitive et l’approche préventive. Duceppe enfonce le clou en moquant le « more guns and big prisons » contraire au modèle québécois. Ignatieff donne même en exemple la politique québécoise sur les jeunes contrevenants. C’est un point sur lequel certainement ces deux partis peuvent travailler en accord. Cela nous donne un petit repos sur le thème général de la soirée: tous contre Stephen Harper.

La critique de la politique de la peur est « right on » !  C’est là où on montre l’essence du pouvoir conservateur qui est de monter les uns contre les autres pour promouvoir le véritable contraire du pouvoir populaire : capital, banquiers, cartels pétroliers ou autres.

En gros, Harper se croit permi de dire a-peu-près n’importe quoi, sur le système de santé par exemple, pourvu qu’il endorme son monde. Mais nous tous savons qu’il est très difficile d’accéder aux soins de santé et que les médecins de famille se font très rares, en particulier au Québec. Duceppe veut l’enveloppe totale sans avoir à rendre des comptes, Ignatieff défend le droit de regard fédéral, puis il se tourne vers Harper pour continuer à taper sur le clou enfoncé par Layton.

Harper répond par « le tout à l’économie ». D’après lui, et sa pensée néo-libérale, c’est la profitabilité de l’économie hyper-capitaliste qui est le meilleur garant d’un financement adéquat des soins de santé. Mais on voit toujours comment les très riches s’entendent à confisquer la richesse sociale pour se réfugier dans les paradis fiscaux. Harper va encore leur donner plus de « tax breaks ». Absolument consternant. Il est dangereux de réélire les conservateurs et j’espère que les Canadiens vont s’en apercevoir à temps !

Les trois protagonistes d’une éventuelle coalition s’entendent en tout cas déjà bien pour taper sur le clou des avantages fiscaux consentis aux grandes entreprises et c’est en effet très scandaleux, alors que trop de Canadiens se débattent encore avec les effets de la crise économique provoquées par ces incroyables apprentis-sorcier qui continuent de se sauver avec la caisse !

Dans son message de conclusion Layton tente de passer le message qu’il représente une vraie alternative aux politiques de droite qui nous mènent depuis trop longtemps. Je vois qu’il a gagné ce débat. Je pense que ses chiffres devraient s’améliorer dans les ondages… mais trop peu. Duceppe ne fait pas le poids dans ce débat. Il sera mieux demain. Ignatieff continue de trébucher dans son malaise particulier. Harper a maintenu son attitude rassurante de contrôle, de soi d’abord, du pays ensuite. Il n’a pas été battu ce soir.

Pauvre Jack avec sa cane. Je ne sais pas si la pitié pourrait venir au secours de la vérité. Mes Chinoises diraient, « non ! » Avec la vie dure, pas de pitié pour les infirmes. La vérité est infirme en nos temps de détresse. Les voleurs, menteurs triomphants. Une civilisation pour ne pas durer.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :