Skip to content

un verre de vin à ma santé

1 janvier 2011

Samedi, le premier janvier 2011.

J’ai chatté avec Ming hier soir, c’était son matin du premier jour de l’année nouvelle. Maintenant moi, j’y suis, au matin tôt levé sans trop de dommages, et pour elle c’est son soir. Je crois bien qu’elle doit travailler demain, c’est pourquoi je ne m’attend pas nécessairement à lui reparler tout de suite. Il n’y a pas de soucis de ce côté-là.

Épais brouillard devant ma fenêtre. On ne voit presque plus à 20 mètres. Cela ne dure pas… Mais je suis bien et conscient, ouvert au nécessaire devenir, dans de bonnes dispositions pur faire ma part, ayant bien récupéré des libations de la veille.

Modeste, en cette année, je sais que tout ne dépend pas de moi. Il ne me reste que quelques faibles moyens d’influencer sur ma destiné. Il y a pourtant encore une certaine marge de manœuvre qui pourra faire, pour moi, une grande différence. Alors que la liberté se restreint, son domaine se précise.

Malheureusement, je ne saurais en dire autant pour mes amis Chinois. J’ai copié cet aphorisme sur Internet (sur le site consacré à « La philosophie pour tous ») et dont la frappe me semble irréprochable :

« Le groupe crée la personne à condition qu’il respecte l’individu. »

Je dis malheureusement car cette condition n’est pas systématiquement remplie en Chine, qui se développe de manière accélérée, bien sûr, mais sous la coupe de ce pouvoir autocratique dont s’est emparé, sous la direction de Mao Zedong, le Parti Communiste Chinois (plus de 50 millions d’adhérents!)

S’il n’a pas encore perdu le « mandat du ciel » cela ne tient qu’à la nature même de cette convention. Le pouvoir asiatique ayant toujours été autocratique, il est réputé en vigueur tant qu’il s’impose par la force et surtout parvient à convaincre. Ce n’est que lorsqu’il est renversé que l’on peut rétrospectivement conclure qu’il avait perdu le mandat du Ciel.

Mais le groupe chinois, par exemple, la famille, ne respecte certainement pas l’individu en tant que conscience autonome. Cependant la locution, conscience autonome, en deux mots accolés, a l’air toute simple. Il faut bien pourtant remarquer que la condition là aussi est très rarement remplie.

Toujours modeste, j’espère de plus en plus… mais je veux réussir au moins une chose cette année : Être en paix avec moi-même.

un verre de vin à ma santé

Je regarde l’énorme restant de dinde. J’ai mangé toute la viande brune déjà, suivant ainsi ma préférence, et il ne reste donc que la viande blanche, toute la poitrine. Même si j’ai pris soin de choisir le plus petit dindon, déjà pour qu’il rentre dans ma marmite où le cuire, c’est déjà beaucoup. J’ai déjà mangé trois bons, abondants, réconfortant soupers là-dessus.

Là je vais la désosser et commencer à apprêter cette viande blanche, pas trop sèche car j’ai bien cuit à l’étuvée mais tout de même dense, très nourrissante. Ma crainte au vu de tout ce qu’il reste est de m’en lasser trop vite pour arriver à tout consommer… et je n’aime pas les pertes, je déteste jeter de la nourriture.

Alors pour me remonter le moral et strictement parce que c’est de saison… m’ouais! … (sourire ironique!) , je me débouche une bouteille de vin, rouge, juste pour moi ! Cela ressemble encore à un chantier ici, dans cet appartement que j’occupe pourtant depuis bientôt trois semaines. Après l’épreuve du déménagement, je m’étais bien juré de prendre tout mon temps.

Il a fallu que je me lave, soigneusement, le verre idéal, de dégustation. Pour bien apprécier ses plaisirs il est souvent nécessaire d’insister un peu sur le décorum. Je trouverai aussi des recettes pour bien utiliser toute cette excellente viande, qui n’a pour seul défaut qu’être blanche, donc pour moi moins appétitive. Le vin est délicieux, que je goûte en écrivant ceci. Je me souviens que ce sont les premières coupes (et surtout la toute première) qui sont les meilleures (qui est la meilleure).

Ce n’est pas une grande bouteille, toute simple, pas chère, mais elle est grosse. Souvent, raisonnant en pauvre, je préférai la quantité à la qualité. Mais le savoir fait que je m’assure d’une qualité très correcte tout de même. Le meilleur rapport qualité/prix que j’ai trouvée, c’est avec la grande bouteille de Castillo de Liria de 1,5 L, la bouteille double du format habituel. Elle se vend 14.84 à notre SAQ (Société des Alcools du Québec). Des heures, voire des jours de bonheur !

J’ai une belle petite sauce aux prunes pour faire passer la dinde blanche. Cela ne jure pas trop avec le vin. Un souper de roi, froid, mais réchauffé par le vin et devant un hockey canadien anglais (à CBC, Toronto contre Ottawa). Leur dite sauce aux prunes, en fait ils la font avec de la citrouille.

Et je me rappelle que Viviane m’avais appelé cette nuit, un peu après 2 heures du matin, je crois bien, répondant à mon messager laissé dans l’après-midi.  J’étais un peu bourru, dérangé en plein sommeil. Elle est évasive mais laisse la porte ouverte, me semble-t-il, si je veux la reconquérir. Peut-être que je ne pourrai pas faire mieux… et même là, elle aurait ses exigences… Mais le fait est que je ne peux pas exclure complètement cette possibilité que cela soit elle, finalement, la femme de ma vie. Puisque cela ne fut pas Marie, ni Linda, ni, plus récemment Yezi. Je conserve actuellement mes espoirs sur Ling !

C’est après la seconde coupe que je sens que je me poivre. Je suis heureux, je suis « de l’autre côté », dans mon nouveau home, sur mon dernier perchoir. Là où j’espère assez longtemps pouvoir tenir la note. M’organiser pour durer : il faudra que je me décide de bouger beaucoup plus cette année. Le vélo l’été ne sera plus suffisant.

Il me faut regagner de l’agilité motrice, continuer de perdre du poids et faire reculer l’artériosclérose qui m’engourdit les mains presque toujours (je le sens assez fort maintenant) et cela n’est possible que par la pratique assidue d’un programme d’exercice régulier, accompagné d’une diète sans mauvais gras et légèrement hypocalorique.

Quoi de mieux que la dégaine d’une danseuse ? Aux longues jambes… Elle est en bonne forme, musculaire, énergique et elle sait bien bouger… La réponse est celui de la femme que tu aimes, et elle t’aime aussi ! Cela s’approche du paradis sur terre. L’amour érotique n’est qu’une partie, initiale, de l’amour familial. Mais c’est ainsi que se construisent les nations. Je pense à ça subitement parce qu’il y a rediffusion de l’émission spéciale « bonne année 2011 » du Plus grand Cabaret du Monde sur TV5. Ils nous y montrent des danseuses aux longues jambes et seins nus, avec de drôles de tutus. Ensuite des vedettes s’extasient devant des numéros de cirque en effet étonnants.

Finalement ils (la LNH/NHL) arrivent à nous montrer cette partie à ciel ouvert au Heinz Field (oui, le Heinz du ketchup!) à Pittsburgh. Il faisait 11’C. Et il pleuvait ce midi. La température a baissé de quelques degrés amis ils sont encore au-dessus du « zéro ». « Winter classic » they call this. Ah ! Ils ont dû installer des éléments réfrigérant sous la glace, j’imagine, car celle-ci pour l’instant à l’air de tenir. Sur la glace, alors, se tien maintenant la confrontation publicisée entre les deux meilleurs, peut-être, Crosby, c’est sûr!, et Ovechkin, grand attaquant mais moins complet.

Parlant de complet, je me paye une traite complète, ce soir. Il restait deux petite saucisses merguez de hier soir. Je les ai mises à mariner dans une sauce moutarde améliorée. Elles ne sont pas réchauffées mais je prend le temps en bouche de les savourer, communiquant ma chaleur à cette chair raidie mais goûteuse, après un moment.

Alors, ce soir, je m’en mets plein la lampe et je me sens très bien. Je bois, je mange et je suis très heureux. Eh oui! même seul. il n’y a pas vraiment de problème si on ne tient pas absolument à s’en créer. Il faut dire que je me sens protégé car ma condition économique se trouve subitement améliorée, du fait de cet accès à un logement social subventionné.

Lumière de Trinh Xuan Thuan à la radio Languirand, juste après Desjardins et la petite âme, comme une vague dans l’océan. Plus de 300 exoplanètes maintenant découvertes. Il y en a des millions, voire des milliards. Alors, certainement un bon paquet propres à abriter une évolution de la vie. Forcément différente, très différente? de celle que nous connaissons… (À suivre!)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :