Skip to content

première neige

30 octobre 2010

novembre en octobre  — gris

il fera plus beau et plus chaud demain après des pluies matinales c’est donc la journée de demain que je vais choisir pour sortir puisque je dois aller rendre ce livre sur l’or que je n’ai d’ailleurs pas fini de lire pour le moment nous sommes dans le plus complet brouillard l’air en plus semble malsain c’est le royaume du gris en plus je suis somnolent mais je dois me réveiller pour le lire ce livre que je dois rendre c’est de la catastrophe monétaire dont il retrace la chronique mais la catastrophe environnementale est encore pire je redoute maintenant un emballement du climat une hausse accélérée des températures un peu partout à travers le monde avec toute une brochette de catastrophes à la clef survivre deviendra de plus en plus difficile dans les trente prochaines années quelle puissance se prépare dans l’ombre à émerger de la crise c’est très difficile à prévoir mais le Canada et la Russie ont je crois les meilleures chances si la Chine ne leur met pas la patte dessus l’hégémonie américaine fait quant à moi déjà partie du passé l’histoire jugera durement cette bande d’incapables ils avaient les outils en main pour installer une domination plus subtile mais plus durable un vrai leadership par l’exemplepositif constructif c’est le remarquable succès du capitalisme à écraser les pauvres la financiarisation de l’économie le sentiment de toute-puissance la comptabilité « créative » –the absolute greediness– qui phagocyte la base réelle qui lui tire dans les pattes comme le mal absolu il scie la branche sur laquelle il est assis – demain j’y suis assis aussi le talent sous la pression des circonstances opportuniste de profiter avec classe avec l’aide bien sûr de tout un réseau d complicités cela aussi oui tout cela n’est pas donné à tout le monde style de vie – œuvre magique je lui ai écrit mon inquiétude dans un email elle m’a vite répondu je suis rassuré et heureux elle me  prête force son cœur est avec le mien dit-elle!

alors j’avais ce rendez-vous il fallait que j’y aille je m’étais donné le temps suffisamment pour me rendre à vélo mais il risquait de pleuvoir le vent était fort quoique de mon côté à l’aller j’ai pensé au retour fatigué affamé et j’ai décidé finalement de laisser le vélo au métro sauvé puis je me suis retrouvé dans une salle d’attente à la clinique ORL du SHU à l’hôpital notre-dame en face d’une affiche jaune alors je me suis mis à méditer en partie selon la méthode préconisée par jean (letual)du « hong – sauw » pour inhalation et exhalation  ce qui a vite provoqué une augmentation de la température intérieure non pas nécessairement physique mais psychique en tout cas vibratoire certainement  je crois que c’est le corps subtil qui amorce un processus de purification à ce moment-là par la combustion des scories et autres impuretés défauts transcendant la salle d’attente et dans un calme psychique la plus parfaite patience je me suis rendu maître de ce temps d’attente en amplifiant le champ de la conscience le corps n’étant que le noyau-racine de la présence à cet univers d’une entité en provenance d’autres dimensions aussi aboutissant ici nous ne percevons que quatre trois spatiales plus ne ligne temporelle mais il y a plusieurs autres dimensions qui semblent inaccessibles à l’expérience dite normale alors j’ai pensé que la relation amoureuse était partie intégrante de ma démarche spirituelle et c’est pourquoi j’ai aussi besoin de yezi mais non plus de bo idéalement il faudrait pouvoir s’émanciper de la ‘qualité’ vibratoire des trois gunas mais j’en suis encore à m’émanciper du plus matériel et lourd le tamas bo y séjourne sagement souple comme l’eau mais principalement presque exclusivement n’ayant quasiment aucune idée pratique du spirituel tellement qu’elle ne sait même pas écrire en anglais ce mot alors qu’elle est très compétente dans cette langue mais moi je dois grimper à partir des grossiers appétits physiques que j’ai explorés à suffisance dans l’arbre de la connaissance mais surtout vers l’envol dans l’éther de la libération l’amour de Ling me guide vers l’ouverture du chakra du cœur  et je veux joindre ma vie à la sienne mais j’ai besoin de la guidance de yezi pour affermir ma prise à la montée dans le domaine sattvique les couleurs de noir et brun ou jaune sale à rouge plus orange et bleu avec illuminations croissantes j’espère mais peut-être pas seulement sur une seule ligne ascendante ni même uniforme qualité d’expérience monter vers l’extrême de la conscience méta intellectuelle c’est-à-dire vers le modèle divin violet et au-delà vers l’ultraviolet ou ne demeure que la sensation de la vitesse pure et virtuellement infinie de la pensée yezi pour me tirer comme un chef de cordée me hisser un peu plus haut que la dévotion rajasique à l’amour choisi et qui restera identifié à Ling mais au-delà du processus des accomplissements  devant s’accompagner peut-être de la production d’une œuvre dans une démarche qui devrait me permettre de transcender mes limitations actuelles et accomplir mes objectifs dont l’important but d’instaurer une vie plus saine ouverte productive matrimoniale et régulière avec cet amour de Ling faisant une place pour l’aide et accueil de son fils arrivant bientôt à l’age adulte j’entrevois la possibilité de me construire un corps glorieux doré par la poursuite d’un cheminement méditatif et actif en fusion avec un corps subtil épuré un corps de lumière qu’il sera question d’ABANDONNER LE PLUS TARD POSSIBLE de le laisser derrière moi seulement quand cela deviendra absolument nécessaire certains grands sages pourraient peut-être questionner cet attachement viscéral à la vie bio-physique mais moi je me comprends et si les accomplissements indispensables ne pouvaient avoir lieu que dans celle-ci c’est une question que je trouve important de se poser ce corps qui entre temps pourrait devenir l’hôte et le support de toutes sortes d’accomplissements  alors cette affiche jaune qui indiquait aux patients temporaires habitants de cette lasse salle dite d’attente de se laver les mains avec un savon stérilisant et de porter un masque s’ils étaient enrhumés ou fiévreux m’a beaucoup inspirée mais surtout par la qualité vibratoire de la couleur bien plus que par le contenu sémantique du maigre message celui qui doit se tenir dans un lieu de service cependant noble car les efforts des intervenants y sont mis au service des soins pour la santé à rétablir de la clientèle le plus souvent très commune voire ignoble et ceci crée une atmosphère propice au recueillement et à l’inspiration spirituelle d’une démarche sérieuse de libération des limites et des contraintes grossièrement matérielles psychologiques ou émotives provenant d’habitudes contractées comme autant de maladies non pas immédiatement mortelles mais chronique comment se sentir bien dans un corps ou en présence de quelqu’un aussi dans un corps mais pas le même reste le problème initial quasi-géométrique de l’amour et je suis tenté de choisir la première venue pour tester cette difficulté enfoncer cette prote fermée depuis trop longtemps sur moi comme une sorte d’impossibilité ce qui change actuellement la donne pour moi  c’est l’exaltation d’un cœur amoureux
première neige

il faisait froid et les rapports météo annonçaient de la pluie nous en avons eu en après-midi mais en soirée ce fut la première neige cela se voit rarement en octobre ici à montréal je me souviens d’un mi-octobre il y a 18 ans mais c’était à Saint-Jérôme où j’enseignais en ce temps-là je me souviens d’avoir appelé vivi en soirée après mon cours lui disant que je l’aimais et que je lui souhaitais une bonne soirée sans moi puisque je devais rester à coucher dans une petite chambre d’hôtel miteuse pour être sur place pour mon cours du lendemain matin ce n’étais pas un temps béni puisque j’y souffrais un stress énorme de l’insomnie et subissais une sorte d’atmosphère étrangement maléfique je me souviens en particulier de l’énorme insecte qui avait échoué dans le calorifère mort mais quand même il m’avait terrorisé toute la nuit au matin j’étais livide que je me suis relevé pour aller donner mon cours je ne fonctionnais qu’à la résistance nerveuse et je m’étais quand même pas si mal débrouillé mais au long retour en autobus cet après-midi là ensoleillé j’étais épuisé et déjà pratiquement sur le point d’abandonner tous mes efforts ne portant pas fruit pour me replacer dans la vie professionnelle je n’ai jamais vraiment été ambitieux plusieurs fois je me suis laissé dépouiller de mes chances de mon bien ce billet de loto par exemple qui devait me rapporter plus de 200 000 dollars je me le suis laissé subtiliser par la caissière en fin de soirée épuisé déprimé au jean-coutu venu renouveler mes médicaments je devrais être bien plus révolté mais je suis surtout négligent paresseux et peureux je préfère le calme la paix même si elle n’est pas toujours bien honorable je ne suis pas le guerrier qu’il aurait fallu pour réussir à me tenir sur la brèche du combat pour l’existence pour un amour un foyer plus jeune constituer une famille dès le début pratiquement je savais que viviane était une voie de garage je n’aurais pas à me battre contre le monde pour conserver notre bonheur elle-même s’en chargeait à meilleurs frais avec une sorte d’aide clandestine qu’elle obtenait comme toujours à point nommé  puis notre bonheur se tirait dans le pied quand on se gâchait au moins une soirée par semaine cela en serait bientôt fini de la fête tous les soirs dont nous étions si fiers elle est restée secrète et prétend tout savoir de moi m’espionnant même me neutralisant socialement et politiquement surtout et alors je sens que je ne lui dois rien puis quand nous nous sommes revus et surtout ces dernières années je voyais que j’étais brusque et amer très peu tolérant envers elle facilement agacé par ses quelques manies alors j’ai vu que j’avais beaucoup de ressentiment contre elle accumulé au fond de moi nous nous sommes vus la dernière fois cela fait bien six mois au printemps elle m’avait coupé les cheveux cet automne il y a deux semaines je me les ai coupé moi-même mais presque rasés très courts avec le ciseau quelque part en moi je continue de l’aimer comme j’ai pu l’aimer et comme j’aime toujours fidèle à mes meilleurs souvenir comme je continue d’aimer tous ceux celles surtout que j’ai un jour aimés mais j’ai aussi beaucoup de reproches que je lui adresse intérieurement et j’ai de la haine en partie inconsciente et je m’en aperçois quand je vois combien je suis intolérant trop de choses subies que je ne veux plus que je ne peux plus endurer  je vais me coucher tôt ce soir je vois que je n’ai rien à gagner en restant en éveil cette solitude m’est devenue habituelle maintenant le temps s’écoule quand même plutôt rapidement

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :