Skip to content

Hegel on Chinese

13 août 2010
Transcription du cours de 1822-1823 : Le monde oriental

   C’est surtout l’astronomie qui a fait la renommée des Chinois. Delambre et Laplace ont certaines informations là-dessus, ils leur concèdent le mérite d’avoir toute une série d’anciennes observations, à partir des quelles ils calculèrent de façon assez exacte la longueur de l’année, observèrent une éclipse de soleil en l’année 1100 av. J.-C., et calculèrent de façon également très exacte, la rétrogradation de l’équinoxe. Leur mérite est donc d’avoir des observations qu’ils poursuivirent très longtemps, mais cela ne constitue pas encore une science. Ils ont aussi des observation météorologiques vielles de 2 000 ans, qui n’avaient pourtant pas été faites par thermomètres et baromètres, mais seulement en observant les pluies et le vent. Les Européens ne peuvent absolument rien apprendre d’eux. Il ne faut pas essayer de chercher chez les Chinois une véritable science astronomique. L’une des raisons en est que la partie mathématique du calendrier a été constituée voilà 200 à 300 ans par les missionnaires européens qui avaient là-bas des collèges de leur ordre, parce que les Chinois ne s’y entendent pas suffisamment. (…) Il est vrai que dans le palais impérial de Pékin on trouve maintenant les plus beaux télescopes et les plus belles pendules d’Europe, que l’empereur s’est vu offrir en cadeau par les Anglais. Seulement, dans les observatoires astronomiques de Pékin, on ne s’en sert pas, comme de quelque chose de nouveau.
   C’est de manière tout aussi empirique que sont également pratiquées les autres sciences. (…)
   Quant aux beaux-arts, ce qui précède montre que l’art idéal ne peut pas s’épanouir chez eux. L’Idéal demande à être conçu par l’esprit libre, dans son intimité, non pas prosaïquement mais de façon à être en même temps doté d’un corps. Ils sont certes adroits dans ce que l’art a de mécanique,  mais il leur manque la force créatrice de l’esprit,  l’intériorité libre. On ne peut pas chercher chez eux la productivité. Ils ont de belles peintures de paysages ils ont des portraits, mais ils ne sont jamais parvenus à cette apparence qui est produite chez nous par l’ombre et par la lumière. Ils sont très exacts dans leurs dessins, par exemple des écailles de la carpe. La peinture des fleurs est bonne chez eux, compte tenu du type d’exécution dont on a parlé. Pour ces choses, ils sont très exacts, mais l’Idéal leur est étranger au plus haut point. Ils n’excellent que dans l’art des jardins. Leurs jardins sont très beaux, ils ne sont ni guindés ni compassés
.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :