Skip to content

La création comme autothérapie

16 mars 2010
…l’art de vivre, qui est aussi l’art de créer, ne fait qu’un avec
l’acte d’éprouver, de questionner, d’être étonné, de voir et d’apprendre
sans cesse au fil des instants. C’est dans cette dimension invisible,
inévaluable, laissée pour compte par tout point de vue nécessairement
extérieur — dimension que l’on ne peut décrire que bien imparfaitement
puisqu’on ne peut le faire qu’à partir d’une distance et qu’en
l’extériorisant — que se trouve la vraie vie ou la vraie réalité. Par
l’acte de créer, nous cherchons à nous donner une grande santé, une fois
dit que celle-ci n’est jamais acquise, mais qu’il faut sans cesse la
reconquérir. Je parle de l’acte de créer et non de l’œuvre en tant
qu’elle est l’aboutissement de cet acte. Certes, c’est l’œuvre qui est
remarquée, mais ce qui fait du bien, c’est l’acte même de créer. C’est pourquoi il nous faut créer encore. De même qu’on ne peut pas dire "J’ai
vécu" — la vie ne se conjuguant vraiment qu’au présent. L’acte de vivre
et de créer est un défi toujours nouveau. Il ne faut donc pas nous fier
aux apparences. L’œuvre donne souvent l’apparence de la force. Mais la
source de la création est la fragilité. L’acte de créer est souvent une
façon de faire face à des événements ou a des épreuves qui nous
dépassent. C’est parce que nous nous sentons perdus, que nous ignorons,
que nous nous trouvons dans une impasse, que nous ne pouvons résoudre
telle énigme vitale, que nous sommes aux prises avec des forces plus
grandes que nous — que nous n’avons pas le choix et devons enfourcher
la ligne de création. Nous créons pour être plus vivants, car tant
d’éléments de la situation dans laquelle nous nous trouvons ont pour
effet de réduire ou d’étouffer la vie. Certains de ces éléments sont
incontournables et tiennent à ntre finitude. Nous sommes sur ce plan
limités de mille façons, aux prises avec mille contraintes. L’acte de
créer permet de produire un espace de liberté au sein de ces limites et
de ces contraintes. D’autres éléments appartiennent au contexte
historique et culturel dans lequel nous nous trouvons. Créer est une
manière de résister, de faire entendre notre voix au milieu des
consensus préfabriqués. D’autres éléments encore tiennent à nous-mêmes,
aux limites que nous nous imposons. Créer consiste alors à nous mettre
nous-mêmes au pied du mur, à nous dépasser. L’acte de créer n’aboutit a
aucune fin, à aucune conclusion, à aucune vérité qui pourrait être
formulée. Il fait lui aussi partie du mystère de la vie ou de la
réalité. Il n’occupe aucune position de survol, mais appartient de
plain-pied à l’immense processus de création de la nature dont l’être
humain n’est qu’un fragment minuscule. L’acte de créer n’est qu’une
manifestation de la vie, l’une des plus intenses sans doute, car se
trouvant au plus près du mystère de la réalité même.
Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :